La Fondation

René-Maurice Gattefossé

La Fondation

René-Maurice Gattefossé

L’histoire de René-Maurice Gattefossé commence en 1881 à Lyon en France. Il est le troisième enfant d’une fratrie de cinq et baigne dès son plus jeune âge dans le monde des  parfums : son père Louis, fondateur des Établissements Gattefossé en 1880, est représentant de sociétés étrangères fabriquant des huiles essentielles, des huiles de vaseline, des produits de droguerie, des matières premières pour la parfumerie.

René-Maurice suit des études d’ingénieur chimiste à l’université de Lyon et, très vite, intègre l’entreprise familiale. Tandis que son grand frère Abel est chargé du commerce et de l’administratif, René-Maurice s’occupe de la recherche sur les essences et les parfums. C’est un formulateur inspiré et créatif. Dès 1906 il édite “le guide pratique et formulaire du parfumeur moderne”, résultat de ses recherches et preuve d’une grande variété de produits à son actif. Ce formulaire est un succès et donne à l’entreprise un ascendant scientifique réel.

René-Maurice et la culture de la lavande

En 1907, René-Maurice rencontre les producteurs de lavande de Haute-Provence car l’huile essentielle de lavande est un constituant indispensable pour la Parfumerie.
Il découvre une région pauvre et s’émeut des conditions de vie et de travail déplorables des paysans. Il décide de les aider et s’engage alors pleinement pour le développement de la lavande française.

Visionnaire, il brevète des techniques qui améliorent et modernisent les installations de distillations, fait planter des hectares de lavande, installe des pépinières sélectionnées et crée un syndicat de producteurs de lavande.
Il organise la filière du producteur, cueilleur au parfumeur. En quelques années, les volumes de cultures récoltées et d’huiles essentielles distillées augmentent fortement et l’essence de lavande française est enfin reconnue. C’est dans ces années-là que René-Maurice recueille les connaissances et le savoir-faire des paysans qui lui enseignent les vertus médicinales de la lavande.

Passionné par son métier, René-Maurice communique et transmet ses découvertes, ses recherches et nouvelles technologies en fondant la première revue de défense de la Parfumerie française : La Parfumerie Moderne.

C’est pour l’entreprise Gattefossé une vraie tribune, et pour René-Maurice l’occasion de signer de nombreux articles sur la lavande et ses vertus thérapeutiques.

La Parfumerie Moderne, dont René-Maurice était rédacteur en chef, est disponible en version numérisée sur le site internet de l’université Paris 5

Les années 1910

René-Maurice poursuit ses activités de chimiste tout en caractérisant les huiles essentielles dans le but d’en perfectionner la qualité. Le 25 juillet 1910, tandis qu’il travaillait dans son laboratoire, il est éclaboussé par de l’essence bouillante, provenant d’un ballon qui explose et prend feu. Il se brûle très violemment la tête et ses deux mains.
A cette époque, les brûlures étaient soignées par des pansements de tulle gras.
Lorsque ses plaies commencent à gangréner, René-Maurice se souvient alors des propos tenus par les paysans de Haute Provence sur les vertus thérapeutiques et anti-infectieuses de l’huile essentielle de lavande.
Il décide d’ôter ses pansements et de s’enduire d’essence de lavande : les résultats sont stupéfiants. Au bout de deux jours, la fièvre tombe et l’infection disparaît, ses plaies cicatrisent ensuite rapidement sans laisser de traces.
Pour René-Maurice, cette expérience personnelle confirme l’hypothèse que l’huile essentielle de lavande a des propriétés antiseptiques et cicatrisantes incontestables.
Cet épisode marque fortement la vie de René-Maurice qui se sent alors investi d’une mission : convaincre le monde médical de l’efficacité de l’aromathérapie. Il consacre ainsi une grande partie de son temps personnel à l’étude des propriétés chimiques bienfaisantes de l’essence de lavande et s’intéresse naturellement à beaucoup d’autres huiles essentielles.
C’est le début d’une série d’expérimentations dans les hôpitaux militaires d’abord puis civils.

Les huiles essentielles déterpenées et concentrées, solubles dans l’eau développées par Mr Gattefossé, sont des produits précieux. Leur pouvoir antiseptiques est très efficace en particulier lors de chirurgie d’urgence et pour lutter contre les épidémies qui ravagent en temps de guerre.

Dr Forgues
Chirurgien militaire à Lyon

Collaboration avec les médecins et développement de formulation aux huiles essentielles pour lutter contre les infections

En 1915, suite au décès de son frère ainé, Abel, d’une maladie infectieuse, René-Maurice, très affecté, décide de se consacrer à la mise au point d’un antiseptique aromatique qu’il baptise SALVOL.
Quand en 1918 la grippe espagnole sévit durement, il est persuadé que le SALVOL peut sauver des vies.
Pour appuyer l’efficacité de son mélange aromatique, il publie dans la revue La Parfumerie Moderne une étude concernant les propriétés bactéricides des huiles essentielles, sur des cultures de staphylocoques.
Il s’avère que l’essence de lavande déterpénée, celle de romarin et le SALVOL détruisent le staphylocoque dès la première heure de contact.

De nombreux hôpitaux militaires et civils, en France et à l’étranger l’utilisent alors avec succès.
Pour autant, René-Maurice ne souhaite pas faire de cette formule SALVOL un objet de commerce, estimant qu’il s’agit d’un bien commun répondant à une cause d’intérêt général. Il met donc le procédé de fabrication à la disposition de ceux qui en font la demande.
En 1918, son plus jeune frère Robert meurt à son tour d’une infection. Ces années-là sont difficiles pour René-Maurice mais elles forgent sa conviction que les huiles essentielles représentent une nouvelle manière de soigner et de guérir.

Premiers témoignages d'efficacité et partage d'expériences

René-Maurice consigne sur des carnets le suivi clinique des malades ayant bénéficié d’un traitement aux huiles essentielles dans plusieurs hôpitaux lyonnais.

On y apprend que les maladies y sont variées, pour autant, les prescriptions relativement semblables.

Dans les années 1920-30, les expérimentations de René-Maurice sont peu à peu reconnues, il communique sur l’action physiologique des solutions aromatiques et publie 4 livrets sur les applications thérapeutiques de la lavande. Il fabrique des savons antiseptiques, des crèmes, à nouveau le SALVOL qui se généralise pour la désinfection non seulement des hôpitaux, mais aussi des usines, des casernes, des écoles, des cinémas, des chemins de fer, …

Fort de ces nombreux retours d’expériences, René-Maurice écrit la synthèse de ses travaux en 1937 dans un livre qu’il intitule Aromathérapie.

Dès l’année suivante, il publie un second ouvrage qui complète le premier : Antiseptiques essentiels, dans lequel il détaille les propriétés bactéricides et microbicides des essences et décrit la complexité des protocoles. Ces deux parutions rendent compte de 30 ans de recherche et d’études sur le sujet.

René-Maurice aime à partager ses connaissances, il publie ainsi plus de 30 livres scientifiques et techniques, sans compter la somme de ses articles.

Tout en dirigeant l’entreprise Gattefossé, René-Maurice continue d’être rédacteur en chef de la Parfumerie Moderne, et signe de nombreux articles.

René-Maurice est doté d’une ouverture d’esprit et d’une capacité de travail exceptionnelle : il mène de front des préoccupations très diverses.

Il continue le développement de la société Gattefossé en créant une gamme de produits vétérinaires contenant des huiles essentielles qui remporte un vif succès, puis il se tourne vers la dermatologie pour soigner les maladies de peaux grâce à ses nouveaux excipients d’émulsion à phase continue aqueuse. Il fabrique également des produits de beauté, produits capillaires, des colliers parfumés, des lotions diverses… Sa passion pour les huiles essentielles le fait voyager en Afrique du Nord, en Bulgarie, en Sicile, à Istambul…​

En esprit libre, René-Maurice possède cette soif de comprendre autant la science que la philosophie, et souhaite par-dessus tout mettre la science au service de recherches innovantes pour le bien de tous. En 1950, lors d’une visite au Maroc chez son jeune frère le botaniste Jean Gattefossé, il est victime d’un accident pulmonaire et meurt brutalement. Son fils Henri-Marcel reprend l’entreprise familiale et poursuit les études sur les huiles essentielles initiées par René-Maurice, qu’il publie dans différents ouvrages.

Partager : Share:
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur linkedin